Logo
 
Valorisation de la rechercheLe transfert technologiqueLes formes de transfert technologique

Les formes de transfert technologique

L’image classique du transfert technologique est la création d’une société dérivée créée par 2 ou 3 chercheurs très motivés. Bien que ce cas de figure ait déjà existé et existe encore cela représente l’exception dans le domaine du transfert technologique.

 

En réalité, la quasi-totalité des inventions technologiques sont transférées à l’industrie via des transactions de licences. Cette forme de transaction commerciale permet à un propriétaire de propriété intellectuelle (invention, brevet, logiciel, savoir-faire, etc.) d’autoriser une autre entité à utiliser son droit d’exploitation commerciale selon des critères précis :

 

  • Le domaine d’application de la technologie
  • Les pays couverts par cette licence
  • La durée de l’entente
  • Le droit ou non de faire des sous-licences,
  • Autre.

 

Il est possible de céder les droits de propriété intellectuelle à une autre entité. Dans ce contexte, le nouveau propriétaire est libre d’exploiter comme il le souhaite la propriété intellectuelle.

 

La création d’entreprise dérivée est envisagée lorsque l’invention initiale a de nombreuses applications commerciales intéressantes par exemple, ou encore qu’il existe déjà un portefeuille de technologies dans le même domaine d’intérêt. Dans le contexte économique actuel, il est extrêmement difficile de financer de nouvelles sociétés innovantes et donc par définition risquées. Actuellement les projets qui se transforment en société sont du même coup, beaucoup plus solides et bien structurés.

En dehors de ces formes classiques de transfert technologique, tous les modèles imaginables sont possibles, à partir du moment où il y a une entente de nature commerciale entre les propriétaires des technologies et les personnes qui souhaitent les exploiter commercialement.