Logo
 

À la une

Michel Bouvier, directeur général de l’IRIC, élu à la Société royale du Canada


Publié le 16 septembre 2014

Michel Bouvier, directeur général et chercheur principal à l’IRICLe professeur Michel Bouvier, directeur général et chercheur principal à l’Institut de recherche en immunologie et cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal ainsi que professeur au Département de biochimie et médecine moléculaire de la Faculté de médecine, a été élu membre de l’Académie des sciences de la Société royale du Canada (SRC).

 

Les nouveaux membres, qui proviennent de disciplines et de milieux différents, ont été élus par leurs pairs en reconnaissance de l’excellence de leurs réalisations universitaires, scientifiques ou artistiques. L’élection à la Société royale du Canada constitue le plus grand honneur qui puisse être accordé à un universitaire qui travaille dans les domaines des arts, des lettres et des sciences. 

(source : IRIC)

 

 

Pour lire la suite de l'article

Nouvelles

L’épuisement professionnel n’est pas seulement causé par le stress au...

16. septembre 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (Communiqué)

L’UdeM se maintient dans le groupe des 100 meilleures universités au monde

16. septembre 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (Communiqué)

Prévenir la cécité chez les prématurés à risque de rétinopathie

16. septembre 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (Communiqué)

L'homme de Néandertal a disparu il y a plus longtemps qu'on croyait

15. septembre 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (Journal FORUM)

Calendrier

Zoom sur

Psychose : traiter autrement

 Au-delà de la médication, les approches psychothérapeutiques


Le jeudi 18 septembre 2014 - 19h à 20h30

Avec Tania Lecomte, conférencière. La présentation vise à familiariser les gens avec la psychothérapie pour la psychose, en particulier avec l’approche cognitive comportementale.


Zoom sur

La réalité virtuelle promet de nouvelles applications en psychiatrie légale

 Lorsqu’elles sont dans la voûte d’immersion, les personnes peuvent être soumises à des stimulus dans des environnements complexes se rapprochant du monde réel. Ci-contre, un stimulus de faible intensité.


Il est actuellement impossible
, à l'issue d'une thérapie ou d'un traitement, de définir les circonstances dans lesquelles un patient colérique saura – ou non – contenir ses élans agressifs ou de déterminer si un délinquant sexuel parviendra ou pas à se contrôler et à ne pas agresser une victime ou récidiver.

Le chiffre

18

 

Nombre de professeurs de l'UdeM, membres du nouveau Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV).


Source : UdeMNouvelles