Logo
 

À la une

Logo UNESCOL'UdeM se réjouit que Future Earth établisse son secrétariat général à Montréal


 
L'Université de Montréal se réjouit que Future Earth, un nouveau programme international de développement durable mondial qui rassemble des milliers de grands chercheurs du monde, ait décidé d'implanter son secrétariat général à Montréal.

 

Montréal a créé un partenariat avec quatre autres villes, soit Paris, Tokyo, Stockholm et Boulder afin qu'un secrétariat général partagé entre les cinq villes soit créé. Cette structure permettra une visibilité mondiale à la recherche touchant le développement durable et la lutte aux changements climatiques.

 

En tout, près de vingt propositions différentes pour l'établissement du secrétariat général avaient été déposées et celle incluant Montréal qui a été retenue.

 

 

Pour en savoir plus

La recherche

Dans les facultés

Nouvelles

Le CRM reçoit un financement de 5,75 M sur 5 ans

22. juillet 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (COMMUNIQUÉ)

Identifier les adolescents qui abusent de l'alcool avant qu'il ne soit trop...

09. juillet 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (COMMUNIQUÉ)

Future Earth établit son secrétariat général à Montréal

02. juillet 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (COMMUNIQUÉ)

Le développement des panneaux solaires ne serait plus empêché par le mystère...

02. juillet 2014 | udemnouvelles@umontreal.ca (COMMUNIQUÉ)

Calendrier

Zoom sur

Une découverte archéologique exceptionnelle

Claude Chapdelaine


Une fouille archéologique dirigée par Claude Chapdelaine, à East Angus en Estrie a permis de découvrir des traces d'occupation datant probablement de 8500 à 9500 avant aujourd'hui aux abords de la rivière Saint-François.

Le chiffre

1,5 M

 

Montant investit par Amorchem pour un projet sous la co-direction du professeur Guy Sauvageau de l’IRIC.

Source : UdeMNouvelles 

Zoom sur

Le développement des panneaux solaires ne serait plus empêché par le mystère de leur fonctionnement

(Crédit : Université de Montréal)


Des chercheurs de l'UdeM, du Science and Technology Facilities Council, de l'Imperial College London et de l'Université de Chypre ont déterminé comment les rayons de lumière excitent les structures chimiques des panneaux solaires organiques, leur permettant de produire des charges.